Sélectionner une page

Le mal au bas du dos

« J’ai mal dans le bas du dos » est une expression trop souvent entendue. Il y a une bonne raison à cela. Le bas du dos est certainement la zone dorsale la plus sollicitée. De ce fait, c’est également sur cette zone que se concentrent le plus grand nombre de pathologies dorsales.

La partie basse de la colonne vertébrale présente une structure particulièrement sophistiquée. Elle fait la jonction entre les nerfs, articulations, os, muscles et ligaments. Cet ensemble complexe assure le soutien, la souplesse et la force.

Cette structure architecturale rend le bas du dos davantage exposé aux douleurs mais aussi aux blessures et aux traumatismes. Le rachis lombaire assure le soutien de l’ensemble de la charpente dorsale.

Anatomie du bas du dos : comprendre la douleur

La zone du bas du dos supporte le poids de la partie haute du corps. Il assure sa mobilité avec notamment les fonctions de flexion et de torsion. Les muscles lombaires permettent le fléchissement ainsi que la rotation chaque hanche durant la marche. Ils contribuent également au soutien de l’ensemble de la colonne vertébrale. La musculature des lombaires et du bassin est voisine des racines nerveuses innervant les membres inférieurs.

La majorité des douleurs lombaires aiguës (lumbago) sont la conséquence de blessures (ou contractures) musculaires, ligamentaires, articulaires ou discales. De plus, le corps répond à la douleur localisée en générant l’inflammation. Même si la blessure semble mineure, la douleur peut se manifester par d’intenses souffrances. On parle souvent ici de « tour de rein » dans le langage courant.

En effet, la partie basse du dos s’organise en un enchevêtrement de muscles lombaires, disques intervertébraux, ligaments et racines nerveuses des membres inférieurs. Pour cette raison, le cerveau peut avoir du mal à déterminer précisément quelles sont les causes de la douleur.

Pour exemple, la dégénération, tout comme le déchirement, d’un disque lombaire peut être perçue comme une douleur de déchirement musculaire, créant simultanément des spasmes douloureux en locorégional et une inflammation.

douleurs au bas du dos

La région sacro-iliaque, la charpente basse du dos

La région sacrée (sacrum) se situe en bas la colonne vertébrale, entre la cinquième vertèbre de la colonne lombaire (L5) et le coccyx.

Le sacrum est un os triangulaire composé de cinq vertèbres (S1-S5) fusionnées ensemble. Les trois premières vertèbres de la région sacrée se rejoignent transversalement. Cette formation dessine de larges ailes latérales s’articulant avec les lames du bassin (ilion).

Appartenant à la ceinture pelvienne, le sacrum forme la paroi arrière du bassin et les articulations de l’os de la hanche (articulations sacro-iliaques). Les nerfs des membres inférieurs et les vaisseaux sanguins le traversent via une série de 4 ouvertures sur le côté.

Le canal sacré descend au centre du sacrum, soit vers l’extrémité du canal vertébral.

Une région sacrée saine est rarement fracturée, sauf en cas de blessure grave, comme une chute ou un traumatisme. Cependant, les patients atteints d’ostéoporose ou de polyarthrite rhumatoïde sont enclins à développer des fractures de stress et de faiblesse dans le sacrum.

Dysfonctionnement de l’articulation sacro-iliaque

Le sacrum est plus large et plus court chez la femme que chez l’homme. Les jeunes femmes et les femmes d’âge médian sont plus susceptibles de développer un dysfonctionnement de l’articulation sacro-iliaque. Cette condition génère une douleur généralement concentrée sur un côté du bas du dos, pour ensuite rayonner le long de la jambe jusqu’au genou, voire à la cheville ou le pied.

Ce dysfonctionnement de la partie basse du dos est souvent la résultante d’une :

  • Hypermobilité (trop de mouvement dans l’articulation sacro-iliaque)
  • Hypo mobilité (trop peu de mouvement dans l’articulation sacro-iliaque)

Le dysfonctionnement de l’articulation sacro-iliaque se diagnostique difficilement avec précision, les symptômes douloureux s’apparentant aux symptômes d’une hernie discale couplée d’une sciatique.

Le Coccyx : base de la colonne vertébrale

Le coccyx se situe à la base de la colonne vertébrale et se compose de quatre vertèbres. Contrairement aux vertèbres individuelles d’autres régions du rachis, les vertèbres de la région sacrée et du coccyx fusionnent.

En position assise, le coccyx se déplace vers l’avant et agit tel un amortisseur. Cependant, une chute sur le coccyx ou des événements tels que l’accouchement peuvent provoquer des douleurs coccygiennes, appelées coccydynies. Dans la majorité des cas, la douleur est causée par une instabilité du coccyx, ce qui entraîne une inflammation chronique de l’articulation sacro-coccygienne.

On peut également attribuer la coccydynie à un coccyx malformé ou disloqué, ainsi qu’à la formation de becs de perroquets ou d’arthrose. Les femmes sont plus susceptibles de souffrir de coccydynie en raison de la posture coccygienne naturellement orientée vers l’arrière.

Les muscles lombaires

La musculature dite de la « ceinture lombaire » fait opposition aux muscles abdominaux. Ces muscles jouent un rôle fondamental dans le maintien du dos.

On en distingue 3 types :

  • les muscles fléchisseurs qui sont reliés à la partie antérieure de la colonne lombaire. Comme leur nom l’indique, ces muscles dorsaux permettent la flexion, mais également de se pencher en avant, de cambrer le bas du dos et de soulever des objets.
  • les muscles érecteurs (muscles spinaux) sont reliés à la partie postérieure de la colonne vertébrale (y compris la rachis lombaire) et permettent de se tenir droit debout, ainsi que le port d’objets.
  • les muscles obliques, attachés aux côtés de la colonne vertébrale, aident à pivoter de de droite à gauche, et de gauche à droite, sur l’axe du rachis. De plus les muscles obliques jouent un rôle dans le maintien du tronc.

Le carré des lombes est notamment l’un muscles du dos les plus sujets aux tensions musculaires. Lorsqu’il n’est pas assez sollicité, ou lors de positions assises trop longues, le carré des lombes est à l’origine de douleurs dorsales, et autres maux de dos liés.

Les symptômes du mal au bas du dos

Le mal du bas du dos réunit une grande variété de symptômes. En effet, la lombalgie se manifeste de la façon la plus légère à la plus intense, pour en devenir invalidante. La douleur lombaire peut apparaitre soudainement comme elle peut fluctuer en s’aggravant graduellement avec le temps.

Selon la cause sous-jacente de la douleur, les symptômes douloureux peuvent se manifester de diverses façons.

Douleur sourde

Piquante et brûlante, la lombosciatique, comme la lombocruralgie, irradie depuis le bas du dos en direction de l’un des membres inférieurs.

La douleur se traduit par des spasmes musculaires et une oppression au niveau des lombaires, du bassin et des hanches. La douleur tend à s’aggraver après une position assise ou debout prolongée. Il est alors difficile d’obtenir une posture droite, de marcher et de passer de la position debout à la position assise.

Douleur aiguë

La douleur aiguë apparaît en général soudainement. La souffrance dure de quelques jours à quelques semaines. La lombalgie aiguë est considérée comme une réponse de l’organisme à une lésion tissulaire ou à une blessure. Le niveau de douleur décroit ensuite régulièrement au fur et à mesure que la lombalgie se résorbe.

Mal subaiguë

On parle de lombalgie subaiguë lorsque la douleur se prolonge sur une période de 1 mois et demi à 12 semaines. L’origine de cette douleur est souvent mécanique (par exemple un claquage musculaire ou une douleur articulaire).

Un examen médical complet est recommandé si le mal de dos a un impact sur vos activités au quotidien mais aussi votre capacité à travailler ou encore votre sommeil.

Lombalgie chronique

On parle de lombalgie chronique lorsque le mal s’étale sur une durée de plus de 3 mois. L’examen médical approfondi déterminera l’origine réelle de la douleur.

douleurs chroniques du bas du dos

Les différents types de maux dans le bas du dos

Bien que l’on puisse catégoriser ces maux de différentes façons, ceux-ci répondent le plus fréquemment à deux types très répandus.

Douleur mécanique (axiale)

La douleur mécanique (douleur axiale) est principalement causée par les ligaments, les muscles, les articulations (des facettes, sacro-iliaques) ou les os (colonne lombaire, os iliaque ou coccyx). C’est la cause que l’on retrouve le plus fréquemment dans l’apparition d’une lombalgie.

La douleur a tendance à être localisée dans le bas du dos, les fesses, voire à se manifester dans le haut de la jambe. Le mal trouve habituellement son origine dans le poids de la colonne vertébrale. De plus, la douleur se déclare différemment en fonction du mouvement, de l’activité ou de la position (position assise, position ou position allongée).

Les névralgies issues du bas du dos

La névralgie du bas du dos survient lorsqu’une racine nerveuse, issue de la partie de la moelle épinière courant à l’intérieur du rachis lombaire, est comprimée ou enflammée. La douleur névralgique peut se déclarer dès la racine de nerf ou se projeter dans la jambe et/ou d’un côté des fessiers. La sensation procure une douleur semblable à une décharge électrique, voire à une brûlure, souvent associée à des fourmillements, ainsi qu’à une faiblesse ou à l’engourdissement. Ceci est le cas de la sciatalgie, qui est généralement unilatérale.

Les douleurs lombaires peuvent également se développer sans aucune cause identifiée. Dans ce cas, l’attention se portera sur le traitement symptomatique.

En effet, nombreuses sont les causes des douleurs dans le bas du dos. Le mal de dos peut trouver son origine en une claudication (sténose), une myélopathie, une neuropathie, une malformation, une tumeur, une infection, une inflammation (comme l’arthrite rhumatoïde ou la spondylarthrite ankylosante). De plus d’autres parties du corps peuvent être mises en cause (calculs rénaux ou de colite ulcéreuse par exemple).

Autres maux dans le bas du dos

Entorse musculaire et entorse ligamentaire

Une entorse musculaire ou ligamentaire dans le bas du dos peut survenir de façon très soudaine comme se développer lentement suite à des mouvements répétitifs avec le temps .

Les foulures surviennent lorsqu’un muscle est étiré trop loin et se déchire, endommageant ainsi les fibres tissulaires. Les entorses surviennent lorsque l’étirement excessif et le déchirement affectent les ligaments reliant les os entre eux.

En cas de foulure ou d’entorse, le ressenti et les traitements sont les mêmes. Les causes courantes d’entorse et de foulure sont les suivantes :

  • Traumatismes, chocs et chutes ayant un impact soudain au niveau du bas du dos,
  • Mauvaise posture sur une longue durée,
  • Faux mouvement en ramassant un objet lourd ou tordre la colonne vertébrale durant le port d’une charge,

Hernie discale lombaire

Le noyau d’un disque lombaire peut percer sa couche protectrice et comprimer la racine d’un nerf. Comme la partie formant la hernie discale est riche en protéines, ce phénomène contribue à l’inflammation de la racine nerveuse voisine par effet de contact. C’est l’inflammation associée à la compression nerveuse qui cause la douleur. Il est également à noter que la paroi discale est richement innervée de fibres nerveuses.

Discopathie dégénérative de la colonne basse

A l’origine, chaque disque intervertébral est hydraté de façon maximale. L’âge évoluant, on constate une usure prématurée des disques liée à la perte d’hydratation. En s’asséchant, cet amortisseur naturel du rachis ne peut plus résister aux sollicitations. Des déchirures discales apparaissent alors. Cet affaiblissement peut conduire à la formation d’une hernie discale lombaire. En s’écrasant, le disque pourrait également former une sténose.

Sténose rachidienne

Cette condition cause une douleur en raison du rétrécissement du canal rachidien. Comme vu précédemment, la partie basse du dos est le siège des racines nerveuses alimentant les membres inférieurs.

Le rétrécissement sera latéral, central ou à la fois latéro-central. De plus, ce phénomène peut apparaître à un seul niveau ou plusieurs niveaux de la colonne vertébrale.

Spondylolisthésis

Le spondylolisthésis se produit lorsqu’une vertèbre descend contre la vertèbre du dessous.

De plus, il faut noter que les personnes présentant une scoliose seront plus sujettes à développer des maux de dos, et à fortiori dans la partie basse. Il en est de même pour les personnes souffrant de lordose ou d’hyper-lordose pour la cambrure que dessine la colonne vertébrale.

De même, les douleurs musculaires engendrées par la cause du mal contribuent, à leur tour, à en amplifier les symptômes.

Douleurs du bas du dos liées à un traumatisme

Des événements tels qu’un traumatisme, une chute ou un accident de voiture sont à l’origine de fractures ou de luxations aiguës du rachis dorsal.

Fracture par compression

On parle de fracture de compression lorsque la fracture advient au niveau du cylindre vertébral. L’os se tasse, causant une douleur vive. On rencontre ce genre de fractures de façon plus fréquente chez les patients âgés en raison d’une faiblesse osseuse (ostéoporose).

La présence d’au moins une de ces conditions n’occasionne pas nécessairement de douleur. Ainsi, l’ostéoarthrite ou une discopathie dégénérative peut être découverte durant une étude d’imagerie sans que le patient ait ressenti de la douleur.

Les causes les moins courantes de la douleur dans le bas du dos

De façon moins fréquente, les lombalgies peuvent également être occasionnées par d’autres facteurs, d’où l’importance de consulter.

Infection localisée dans le bas du dos

Bien que rare, l’infection du rachis vertébral (ostéomyélite) peut être soupçonnée. En plus de causer d’intenses douleurs, celle-ci peut entraîner des conséquences mortelles si elle n’est pas traitée. L’ostéomyélite peut intervenir à la suite d’interventions chirurgicales, d’injections ou propagée par voies sanguines. Les personnes les plus promptes sont à développer ce type d’infection, sont celles qui présentent un affaiblissement du système immunitaire.

Tumeur dans la colonne lombaire

La majorité des tumeurs du rachis lombaire trouvent leur origine ailleurs avant de se métastaser dans les os de la colonne dorsale. C’est l’une des raisons pour lesquelles toute personne souffrant de cancer doit signaler le moindre mal de dos dans le but de dépister la présence ou non de métastases au niveau des vertèbres.

Maladie auto-immune

Souffrir du bas du dos est l’un des symptômes associés à une maladie auto-immune. C’est le cas de la la maladie de Crohn, la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, le lupus ou encore la fibromyalgie.

Cette liste des causes de mal dans le bas du dos les plus courantes est non exhaustive. Le meilleur traitement des douleurs lombaires découle du bon diagnostic clinique. Celui-ci a pour objectif l’indentification des origines exactes des symptômes dont souffre le patient.

Les symptômes courants de la douleur dans le bas dos

L’identification précise de ces symptômes permettre de diagnostiquer plus précisément et d’établir efficacement le traitement .

Le mal dans le bas du dos peut se manifester par une combinaison des manifestations suivantes.

Douleur se propageant à la fesse, à la jambe et au pied

Il est fréquent que les douleurs dans le bas du dos incluent une sensation aiguë de picotement, de brûlure ou d’engourdissement. Le mal peut irradier en passant par le fesse, la cuisse jusqu’au bas de la jambe, voire du pied. Ces symptômes sont typiques de la sciatalgie (sciatique).
La sciatalgie résulte d’une irritation du nerf sciatique. Elle n’est généralement ressentie qu’unilatéralement.

Douleur s’aggravant à la position assise

Une longue période en position assise génère une pression discale. La douleur lombaire en est aggravée. Dans ce cas, pratiquer des étirements et marcher aide à apaiser rapidement la douleur bien que les symptômes douloureux se manifestent à nouveau dès l’assise retrouvée.

Douleur s’apaisant au changement de position

Selon l’origine des symptômes, des positions bien précises s’avèrent plus supportables que d’autres. Dans le cas de la sténose spinale, marcher normalement devient aussi douloureux que difficile. Le fait de pencher vers l’avant en s’appuyant sur un caddy par exemple permet la réduction de la douleur. Identifier les symptômes selon les position s’avère très utile pour en discerner les causes.

Douleur plus vive au réveil, puis apaisée au lever

Nombreux sont ceux, qui souffrant de lombalgie, signalent des symptômes aggravés à la première heure le matin. Puis, après le lever, on observe une diminution de l’intensité des symptômes. En effet, le sommeil diminue le débit sanguin pouvant occasionner la raideur musculaire. De plus, un matelas de mauvaise qualité aura pour effet de créer des contractions musculaires.

Bien évidemment, il y a d’autres façons de ressentir la douleur dans la partie basse du dos. Celle-ci varie d’un individu à l’autre. De plus, d’autres facteurs influencent l’expérience douloureuse. Ceci est notamment le cas du stress ou du niveau d’exercice et d’activité.

Aiguës au début en raison d’une blessure ou d’un traumatisme, ces douleurs peuvent évoluer pour devenir chroniques. Une prise en charge appropriée de la douleur à un stade précoce peut aider à limiter les symptômes à la fois dans le temps et dans leur gravité.

Douleurs évoluant au fil du temps

Mouvements à répétition et positions non naturelles causées par le stress génèrent des symptômes qui se manifestent sournoisement avant de s’aggraver de façon progressive. Une journée chargée comme des activités bien précises peuvent alors générer des douleurs durables.

Douleur alternée

Une dégénération du disque peut être à l’origine de douleurs dans le bas du dos. Le mal s’exprimer en alternance. Mais les crises, comme leurs fréquences, s’intensifient graduellement.

Douleur suite à un choc

On peut ressentir une douleur aiguë et immédiate à la suite d’un mouvement brusque. Choc et traumatismes peuvent altérer un muscle voisin du rachis, comme la colonne elle-même.

Douleur retardée à la suite d’un choc

Certains symptômes se manifestent après un certain délai. Ce délai peut se compter en heures comme en journées à la suite de la blessure, ou du traumatisme. Cette douleur fait alors généralement suite au processus de guérison musculaire.

Rachis lombaire : les faiblesses

Les vertèbres les plus volumineuses du dos forment le rachis lombaire (colonne vertébrale du bas du dos). Comme la zone supporte le poids du haut du corps, les vertèbres lombaires sont davantage sujettes aux blessures et à la dégénérescence discale.

Segment L3-L4

La racine nerveuse L3-L4 peut tout à fait, lorsqu’elle est irritée ou comprimée, entraîner des douleurs fulgurantes sur l’avant de la cuisse. Parmi les symptômes, on retrouve des picotements mais aussi des engourdissements (cruralgie).

Au niveau des symptômes neurologiques, on constate une irradiation allant du pied à l’avant du genou en passant par le tibia.

Segment L4-L5

Au niveau du segment L4-L5, la douleur est généralement associée à une sciatique. La douleur est projetée à l’arrière de la cuisse. Elle irradie parfois le long de la jambe. Lorsque cette névralgie est combinée à des douleurs lombaires axiales, on parle de lombosciatalgie.

Segment L5-S1

Les vertèbres L5-S1 marquent jonction entre le colonne vertébrale lombaire et le sacrum. La zone présente donc deux articulations majeures. L’articulation lombo-sacrée aide les hanches à se pencher d’un côté à l’autre. L’articulation sacro-iliaque a une mobilité plus limitée. Son rôle est essentiellement d’absorber les chocs allant du haut du corps jusqu’au bas du corps.

La douleur du segment L5-S1 est généralement causée par des troubles articulaires ou par la compression d’une racine nerveuse. D’ailleurs, une faiblesse des vertèbres L5-S1 (discopathie L5 S1) est souvent à l’origine de sciatiques.

Symptômes d’urgence

La lombalgie peut être le signe de maladies graves. Les personnes présentant l’un ou l’autre des symptômes qui suivent sont invitées à consulter sans attendre : douleur abdominale persistante et intense, frissons et fièvre, contrôle altéré des intestins et/ou de la vessie, perte de poids non liée à une nouvelle alimentation ou à l’exercice.

En outre, les symptômes douloureux apparaissant à la suite d’un traumatisme (accident) nécessitent de consulter un médecin. Il en est de même dans le cas où la lombalgie affecte les activités de tous les jours, la qualité du sommeil et la mobilité ou dans le cas d’autres nouveaux symptômes.

Diagnostic des douleurs dans le bas du dos

De part sa complexité et son rôle de soutien, le bas du dos présente une source des douleurs dorsales dont l’origine peut être difficilement identifiable. Il est donc demandé au patient de décrire chaque symptôme et de fournir ses antécédents médicaux lors de l’étape du diagnostic.

Antécédents du patient

Préalablement à tout examen physique, le patient est interrogé sur ses symptômes existants :

  • Est-ce que la douleur s’amplifié ou s’apaise à certaines heures en particulier?
  • Jusqu’où la douleur irradie?
  • Quels sont les symptômes associés (faiblesse ou engourdissement par exemple)?
  • La douleur est-elle aiguë, sourde, latente, brûlante?
  • Quel est le mode de vie du patient? Est-il plutôt sédentaire ou actif?
  • La profession exige-t-elle une position assise ou une position debout durant des périodes prolongées?
  • Est-ce que le patient pratique un sport?
  • Quelles sont les postures de confort et celles d’inconfort?
  • Il y aurait-il eu des blessures ou traumatismes par le passé, voire récemment?

De plus, des interrogations se portent sur la durée des nuits de sommeil, les positions les plus couramment adoptées, ainsi que la qualité du matelas et de l’oreiller.

Les résultats questionnaire apportent au médecin une vision plus précise de l’état du patient, renseignant les prédispositions et risques de lombalgies. Tout antécédent médical s’avère primordial pour poser un diagnostic.

L’examen clinique des douleurs dans le bas du dos

Le but d’un examen physique est de procéder par élimination dans le but de faire ressortir les véritables causes de la douleur. Cet examen comprend :

  • La palpation permet de mettre en évidence chaque spasme du muscle, contracture ou anomalie articulaire dans le bas du dos,
  • L’examen neurologique identifie les troubles moteurs. Le médecin exerce des mouvements manuels de l’articulation iliaque (hanche), l’articulation du genou, l’articulation de la cheville et l’articulation du gros orteil. Ces mouvements sont suivis d’une flexion (vers l’avant et vers l’arrière). Ensuite le neurologue évalue la réaction à un léger toucher, puis à la piqûre d’épingle ou au marteau. Ces tests réflexes sont réalisés au niveau des membres inférieurs.
  • Les tests d’amplitude de mouvement permettent d’identifier les positions les plus douloureuses et de mesurer les limites de certains mouvements. Pour cela, le patient est amené à plier ou à se tordre dans des positions bien précises.
  • Les tests réflexes évaluent l’affaiblissement de la force musculaire. En cas d’une diminution de des réflexes, une racine nerveuse pourrait ne pas réagir correctement.
  • Lors du test de surélévation des jambes, il est demandé de s’allonger le dos en aplat puis de lancer la jambe le plus haut et le plus droit possible. Si le test d’élévation de jambe occasionne une douleur lombaire, on peut alors suspecter la hernie d’un disque.

Les examens complémentaires

Habituellement, un médecin diagnostique une lombalgie d’après les renseignements obtenus à partir de l’examen physique et des antécédents médicaux. Cependant, des examens complémentaires peuvent être envisagés.

En effet, un examen d’imagerie permet d’obtenir davantage d’informations sur l’origine du mal. Ceci est le cas lorsque la douleur est intense et perdure de 2 ou 3 mois.

La radiographie permet l’examen des os du rachis lombaire et décèle des anomalies telles l’arthrite, fractures, becs de perroquet ou tumeurs.

Une tomodensitométrie/myélogramme fournit une image en coupe transversale du rachis. Cette image détaillée va permettre aux médecins d’examiner la colonne vertébrale sous de multiples angles. Parfois, un myélogramme est réalisé en tandem avec une tomodensitométrie, au cours de laquelle un produit de contraste est injecté autour des racines nerveuses permettant une meilleure clarté à l’image.

L’IRM, détaille chaque structure de la colonne vertébrale. Cela se fait sans recourir au rayonnement nécessaire aux radiographies. L’IRM met également en lumière chaque anomalie des tissus dits mous. Ces tissus correspondent aux ligaments, aux disques intervertébraux et aux muscles. Une IRM détecte également les éventuels désalignements de la colonne spinale.

Parfois, le corps médical connait la cause de la douleur, sans pour autant identifier précisément la zone incriminée dans le bas du dos. Dans ce cas, un test d’imagerie localisera la source. Les tests d’imagerie sont également prescrits aux patients qui subissent une opération chirurgicale afin de préparer l’intervention à l’avance.

Soulager les douleurs du bas du dos

Parmi les méthodes auto administrées pour soulager une lombalgie aiguë comme les douleurs chroniques, nous retrouvons :

Le repos de courte durée

Les douleurs lombaires s’améliorent en évitant momentanément l’activité à caractère soutenu. Par contre, il est déconseillé de prolonger ce repos sur plusieurs journées. On sait que l’inactivité impacte les chances de guérison.

Adaptation de l’activité

Rester actif est préconisé. Une activité douce permet d’assouplir le muscle engourdi. Il faut cependant éviter les positions et les activités pouvant aggraver la douleur. Si la douleur s’intensifie lorsque vous êtes assis durant des heures au bureau ou en voiture, pensez à marcher ou à vous étirer doucement toutes les 15-20 minutes.

A contrario, si la position debout amplifie la douleur, il faut vous épargner les tâches qui requièrent de rester debout. Le fait de minimiser ces activités et positions préviendra les spasmes musculaires douloureux et minimiser le temps de la guérison.

Les analgésiques en vente libre

Même en vente libre, tout médicament antidouleur à ingérer comporte de potentiels effets secondaires et des risques. Si vous n’êtes pas certain du type d’auto médication la plus adaptée, ne vous lancez pas seul. Il est conseillé de consulter un médecin.

Les thérapies naturelles pour soulager la douleur dans le bas du dos

Les traitements non médicaux peuvent être qualifiés de soins alternatifs ou complémentaires. Le terme « alternatif » ne doit pas être synonyme d’infériorité, mais plutôt une façon de soulager efficacement la douleur et de prévenir les récidives.

Commandez aujourd’hui votre Duvamat pour soulager vos douleurs dans le bas du dos, efficacement!

Votre kit Duvamat comprend :

  • le tapis Duvamat garni de fibres naturelles de coco et ses 6.930 points d'acupression
  • le coussin ergonomique Duvamat et ses 1.782 points d'acupression
  • le sac de transport Duvamat

L'ensemble tapis et coussin vous offre une surface de 89 cm de long sur 42 cm de large.

Prix : 99 € (au lieu de 139 €, promotion exceptionnelle en cours)

En l'utilisant chaque jour pendant 5 ans, le coût d'une séance sur votre Duvamat n'est donc que de 5 centimes d'euros!

Produit disponible en stock, livraison en 48h sur la France et la Belgique et seulement quelques jours pour tous les autres pays dans le reste du monde

Commandez votre Duvamat


7 personnes consultent actuellement cette page pendant que des milliers profitent des bienfaits de leur tapis!

Et bien entendu, vous bénéficiez de toutes nos garanties!

satisfait-rembourse
paiement-securise
Notre engagement pour votre satisfaction

A ce jour, 98% des clients ayant acheté leur Duvamat en sont pleinement satisfaits. En achetant votre Duvamat, vous avez donc 98 chances sur 100 d'en être satisfait! Et si vous n'étiez pas satisfait? Aucun problème, vous avez 30 jours pour nous le renvoyer afin d'être remboursé. Il n'y a donc aucun risque à l'essayer. C'est notre engagement pour votre satisfaction.

Duvamat est recommandé par
Les avis sur Duvamat : nos clients témoignent
Avis de Marylène

bonjour, je fais 20 minutes par jour et je dois dire que mon mal de dos a fortement diminué. J'en suis très contente.

Avis d'Elisa

Je n'y croyais pas trop lorsque j'ai déplié mon tapis Duvamat mais quelle surprise au bout de deux jours ! Un soulagement total et des nuits souvent réparatrices !

Avis de Bernadette

Bonjour, je l'ai depuis 15 jours... C'est génial, je l'utilise tout les jours... Dos, jambes, nuque !!! Me fais un bien fou, essayez le vous ne le regretterez pas

Avis de Nathalie

Je l'ai depuis 4 jours et c'est que du bonheur, cela fait un bien fou! Je me suis tellement détendue que le 1er jour je me suis endormie.

Moi qui dormait mal j'ai un sommeil de meilleure qualité, je fais mes séances le soir au calme. L'essayer c'est l'adopter

Avis de Lucette

J'en ai un ça soulage vraiment!!!!

Avis de Florence

Très efficace, c'est génial, je ne peux plus m'en passer

Avis d'Yvette

Génial je m'en sers tous les jours

Avis de Lizette

Super contente de mon tapis pour mes douleurs de dos

Avis d'Anne-Sophie

Je suis fibromyalgique aussi et g testé mon tapis que g reçu ce matin. Résultat : 20 min de détente et de relâchement musculaire... Vivement ce soir... Ce tapis est une bénédiction pour moi qui ne sais plus comment soulager mes douleurs, comment trouver le sommeil et me détendre. Je ne vais plus pouvoir m''en passer. Je le recommande vivement

Vos avantages exclusifs

Le Duvamat est une méthode entièrement naturelle. Contrairement aux traitements médicamenteux, le Duvamat n'entraîne pas d'accoutumance ou d'effets secondaires. Vous pouvez l'utiliser chaque jour sur le long terme.

Parce que vous êtes unique, notre service client basé en France se tient à votre disposition tous les jours du lundi au dimanche, de 9h00 à 21h00 pour vous apporter un conseil adapté.

Nous sommes à votre écoute au 01.79.72.33.35 (+33.1.79.72.33.35 depuis l'étranger).

L'essayer, c'est l'adopter! Mais pour l'adopter, il faut l'essayer! Comme nous sommes convaincus que notre méthode naturelle va vous soulager, nous vous proposons de l'essayer en toute tranquillité pendant 30 jours. Et si jamais vous n'étiez pas pleinement satisfait, vous pourrez nous le retourner pour être remboursé.

Notre site est entièrement sécurisé. Nous nous appuyons sur les opérateurs bancaires les plus fiables du marché pour sécuriser votre transaction. Vos coordonnées bancaires sont transmises directement à notre banque via une connexion cryptée. Nous n'avons jamais connaissance de votre numéro de carte bleue. La transaction s'effectue entre notre banque et la vôtre.

Découvrez le Duvamat en vidéo
Des résultats concrets sur l'amélioration de votre bien-être

Voici les résultats d'une très sérieuse étude américaine menée par Tanya Zilberter et Jim Roman auprès de 126 patients sur les bienfaits de l'acupression après quelques semaines d'utilisation quotidienne :

%

Réduction de la douleur

%

Amélioration de la détente

%

Meilleur sommeil

%

Gain de vitalité

Pin It on Pinterest

Partagez cette page