Sélectionner une page

Le diagnostic de la fibromyalgie

diagnostic de la fibromyalgie
La fibromyalgie est une maladie chronique. Les personnes atteintes sont le plus souvent des femmes. Cette maladie auto immune, difficile à diagnostiquer, se traduit par un grand nombre de symptômes parmi lesquels des douleurs musculaires, des maux de tête, une fatigue extrême, des troubles de l’humeur et une hypersensibilité.

Avant que le patient ne soit diagnostiqué fibromyalgique, les examens cliniques et diagnostics s’apparentent souvent à un parcours du combattant. Les malades atteints de fibromyalgie disent souvent qu’ils ont mal partout mais lors d’un examen clinique, ces problèmes restent inexpliqués.

Critères diagnostic ACR / Point de palpation Yunus

Les 18 points de Yunus ont été établis par l’American College of Rheumatology en 1990. C’est une date clé dans l’histoire de la fibromyalgie. Ces 18 points de palpation, ou points « gâchettes », sont répartis symétriquement de part et d’autre de la colonne vertébrale.

Lors de son examen, le praticien exerce une pression avec le doigt jusqu’à blanchiment de son ongle (soit 4kg par cm²). Il est convenu que lorsqu’au moins 11 points sur 18 répondent positivement à la pression, alors le diagnostic de la fibromyalgie est établi.

Les paires de points sont :

  • Occipital : à la base du crâne sur l’insertion des muscles occipitaux
  • Cervical bas : espace intertransversaire
  • Omoplate : partie inférieure du sus épineux = zone au-dessus de l’omoplate
  • Deuxième cote : bord supérieur de la jonction chondro-costale
  • Coude : 2 cm au-dessous de l’épicondyle de l’humérus
  • Trapèze de l’épaule : partie moyenne du bord supérieur
  • Fessier : quadrant supéro externe de la fesse
  • Hanche : juste en arrière de l’éminence du grand trochanter
  • Genou : sur la face interne en regard du coussinet graisseux près de l’interligne.

Nouveaux critères CRA 2010

En 2010, les tests dont l’objectif est de diagnostiquer la fibromyalgie évoluent. Afin d’élaborer ces nouveaux critères de diagnostic, la recherche s’est portée sur 829 patients touchés par la fibromyalgie, ainsi qu’un groupe de patients souffrant du dos ou d’arthrose. En plus des douleurs localisées à différents endroits reportées par le patient au cours de la semaine précédente, on évalue 19 symptômes classés selon une échelle de sévérité cotée de 0 à 3. Ces évaluations se concentrent sur la fatigabilité, le sommeil non réparateur (associé à l’insomnie) et les troubles cognitifs éprouvés individuellement par chaque patient.

Ces nouveaux critères représentent un espoir de reconnaissance de la maladie pour les patients atteints par les différents symptômes de la fibromyalgie. En effet, selon Robert Katz de l’université RUSH de Chicago, 88% des personnes souffrant de fibromyalgie ont été diagnostiquées sans examen physique ou examen des points sensibles. Toujours selon Katz, un nombre plus important de médecins, et non uniquement les médecins spécialistes en rhumatologie, devraient plus facilement effectuer ces diagnostics.

Les questionnaires d’évaluation pour la prise en charge de la fibromyalgie

Des questionnaires spécifiques ont été réalisés afin de mesurer l’impact physique et psychique de la maladie :

  • Depuis 2007, l’Académie de Médecine a mis en place le « FIQ » ou « Questionnaire d’Impact de la Fibromyalgie ». Le patient remplit ce formulaire personnellement en auto évaluant ses capacités aux tâches quotidiennes, en renseignant le nombre de jours où le patient s’est senti bien durant les 7 derniers jours et combien de jours de travail il aurait éventuellement manqué à cause de la fibromyalgie. De plus, il estimera sur des échelles bien définies son degré de douleur, de fatigue, de raideurs, d’anxiété, de sentiment dépressif et de sensations au réveil. Ces résultats seront alors retranscrits en échelles de sévérité qui permettront d’évaluer l’impact que la fibromyalgie a dans sa vie de tous les jours. Elle prend en compte La douleur autant que ses retentissements sur la vie professionnelle, l’état de fatigue, la dépression et l’anxiété.
  • Les personnes souffrant de troubles rhumatologiques diffuses peuvent effectuer le questionnaire « FIRST ». Le questionnaire « Fibromyalgia Rapid Screening Tool » a été élaboré par le Cercle d’Etude de la Douleur en Rhumatologie (CEDR) pour aider les praticiens dans le dépistage précoce de la fibromyalgie. Il est demandé au patient d’auto évaluer ses douleurs et leurs manifestations en répondant par Oui ou Non.
  • La Liste Européenne pour l’évaluation de la fibromyalgie permet d’évaluer les symptômes par échelles visuelles tout en prenant en compte les antécédents de la fibromyalgie et les syndromes collatéraux tels que syndrome de fatigue chronique, syndromes myofasciaux, ou encore hypothyroïdie instable.
  • Quant au Questionnaire de Brest 2010, il permettra à votre médecin de disposer d’outils plus précis dans le diagnostic éventuel de la fibromyalgie.

Ces critères et questionnaires répondent à de nouveaux critères mis à l’étude. Le diagnostic prendrait en compte les changements de symptômes en fonction de l’activité physique, des changements atmosphériques, du stress et de l’anxiété.

Ainsi, certains médecins estiment que si le malade présente au moins 3 critères et 5 points douloureux, le diagnostic de la fibromyalgie (aussi parfois appelée à tort fibromalgie) pourrait être positif. Ce diagnostic est essentiel pour ensuite tenter de trouver un cadre permettant d’améliorer la vie professionnelle du patient souffrant de fibromyalgie. Il permet également d’initier la question du traitement de cette fibromyalgie.

Pin It on Pinterest

Partagez cette page